Au-dessus des lignes de Nasca

Mis à jour : févr. 6

Nous quittons la fraîcheur des montagnes de Cusco avec son célèbre trek de l'inca et encore plus célèbre Machu Picchu pour la chaleur et la sécheresse du désert de Nasca situé sur la plaine côtière péruvienne, à 400 kilomètres au sud de Lima. Ici nous ne resterons qu'une journée, juste le temps pour nous de découvrir les mystérieuses et mondialement connues lignes de Nasca...


Le colibri de Nasca

Et comment les découvrir ? Pour ce faire deux options s’offrent à vous : soit vous vous rendez sur les différents observatoires posés ici et là au bord de la route mais vous ne verrez pas tous les géoglyphes, loin de là, soit vous optez comme nous pour un vol en coucou au-dessus du désert pour une heure de "WOW". Les prix varient entre 40 et 60 dollars par personne ce qui n’est pas excessif car croyez-moi ça vaut vraiment le détour ! En plus de voir les formes éparpillées sur cette terre aride, les paysages sont scotchants.


Origines et techniques

Les lignes de Nasca ce sont plus de 300 dessins géants répartis sur 450 kilomètres carrés de terre aride qui représentent des animaux, des végétaux mais aussi des formes géométriques et des êtres fantastiques. Mais d'où viennent-ils ? Qui les a fait ? Une tribu récente ? Une tribu vraiment très ancienne ? Est-ce un canular de la Nasa ? Des extraterrestres ou des reptiliens Illuminati nous auraient-ils infiltrés ? Leurs origines restent floues pour les scientifiques et les archéologues ; la datation carbone estime leur apparition entre -200 à +500 ans. Quoiqu’il en soit tous s’accordent au moins sur un point : la méthode utilisée. Il suffirait d’enlever les pierres noircis par le soleil et bingo le sol blanc dessous apparaît, laissant libre court à l'imagination de l'artiste. Mais comment ont-ils fait pour créer des lignes si droites, des figures si grandes et si précises ? Et pourquoi se donner tant de mal quand on ne peut admirer le spectacle que depuis le ciel ? Et puis on doit vous le dire, une des figures ressemble à s’y méprendre à un cosmonaute… Tout ça nous fait dire : mystère, mystère...



Vus du ciel

Parmi le colibri, le perroquet, le pélican, le condor, le singe, le serpent, le crocodile, le lézard, la baleine mais aussi la fleur, la main, le cosmonaute et toutes les formes géométriques, nos préférés sont… Le colibri et le singe ! Sans aucun doute ! Notez que pour un souci d’innovation et de développement les péruviens ont tracé leur route sur le crocodile, coupant la queue de la pauvre bête en deux.


L'eau, un artiste authentique

Parlons un peu du vol en coucou. Pour nous qui n'avions jamais pris de tout petit avion, ce fut une expérience riche en... rebondissements ! Ce 6 places va secouer vos entrailles, on vous conseille d'ailleurs de ne pas petit-déjeuner le matin. Le pilote fait le tour de chaque figure penché d'un côté, puis de l'autre, pour que tout le monde puisse la voir correctement. Quand c’est de votre coté rien à signaler, vous profitez de la vue merveilleuse et ressentez des petites chatouilles dans le ventre plutôt agréables. Par contre, quand il incline l'avion vers l'autre aile, accrochez-vous !!! Et surtout, regardez droit devant vous, n’essayez pas de regarder par la fenêtre du voisin, vous pourriez y laisser des plumes. Les vomis sont d’ailleurs très fréquents nous confiait le pilote. De plus le désert est balayé de vents forts et de courants très chauds créant de sacrés trous d'air. Et hop, vous avez les boyaux dans la gorge.


Bref une expérience décoiffante qui aura une fois de plus un peu tourmenté les estomacs fragiles de nos amis médecins mais qui nous aura laissé à tous un sentiment incroyable et des souvenirs extraordinaires. Vraiment nous avons adoré tant pour les lignes que pour le vol en coucou, je conseille fortement et vivement cette découverte à tous les voyageurs qui s'aventurent au Pérou.



From Nasca with love.


31 vues

© L'ODYSSÉE DES RENARDS

Geoffrey & Manon

Contactez-nous !

L'Odyssée des Renards Blog de voyage