• Manon

La magie du Sud Lipez ou comment faire une entrée plongeante en Bolivie...

La frontière est derrière et cela nous fait quelque chose de laisser le Chili, ses habitants, nos souvenirs. Ce n'est pas passer au chapitre suivant mais plutôt au livre suivant avec tout le vide et toute l'excitation que cela crée. S'attrister de la fin d'une histoire pour s'enthousiasmer d'une nouvelle. Et quoi de mieux que de commencer cette histoire bolivienne par son désertique Sud Lipez et son célèbre Salar d'Uyuni, le plus grand désert de sel du monde ?


Vice-versa du sud Lipez, une région désertique aux paysages ocrés incroyables

Pour vous la faire courte, nous sommes encore et toujours dans l'Altiplano qui traverse l'Argentine, le Chili et la Bolivie. Grandes étendues arides aux riches couleurs ocrées, cernées de montagnes et de volcans aux hautes altitudes. Ici et là quelques lagunas pour ponctuer ce sol monotone de bleus, verts, rouges, noirs... Oui, on est encore sur du paysage carte postale, l'Altiplano, on ne s'en lasse pas. Cette région bolivienne, malgré les nombreux touristes qui foulent sa terre dans leur carrosse aux 4 roues motrices est très bien conservée et elle est très peu, voir quasiment pas, polluée en plastique, canettes et autres cochonneries... Nous commençons notre périple dans ce Sud Lipez par la Laguna Verde - encore une - au pied du magnifique volcan Licancabur que nous avions déjà eu plaisir à contempler du côté chilien à San Pedro de Atacama.


L'imposant volcan Licancabur

Au programme routier : pas de routes ! Il n'y a pas de jeu de mots dans ma phrase. Maps.me nous en crée une mais il est impossible de la suivre puisqu'elle n'existe pas, alors on suit les traces qu'on arrive à discerner, on va "un peu plus à gauche" ou "un peu plus à droite" ou "derrière cette montagne, à droite du rocher"... Les prémices d'un rallye avec comme repères de navigation une carte et le relief ! On adore ! On se prend pour des aventuriers et il faut dire que nous le sommes un peu en ce jour puisque seuls touristes à visiter ces lieux par nos propres moyens, cela nous donne un sentiment de liberté que l'on ne boude pas quand on voit les troupeaux de 4x4 arrêtés au même endroit. Nous on va un peu plus loin. Un peu plus loin où ? Aux termes naturels de Polques à côté de la Laguna Chalviri. Trop beau ! Puis aux geysers !! Situés à 5000 mètres d'altitude - on adore savoir à quelle altitude on se trouve - on aperçoit de loin le fumerolle principal qui s'échappe du sol. Tout autour se trouvent des petits lacs de boues bouillonnantes aux couleurs différentes et aux odeurs différentes. Pour sûr il y a du soufre dans le coin. On se promène au milieu, gare à ne pas glisser ! Les formes géométriques m'inspirent, je prends tout un tas de photos, on se la joue également fin du monde en traversant le nuage blanc épais du geyser... Encore un moment hors du commun. On repart et Geoof passe aux commandes de notre Fitz, on peut dire qu'il n'a pas besoin de permis puisqu'il n'y a pas de route. Il se régale et moi ça me fait bien rire.


Au pays mystérieux de la minéralogie

Le beau temps est au rendez-vous - bande de petits veinards que nous sommes - quand nous arrivons à la Laguna Colorada connue pour sa couleurs rose rouge. Nombre de voyageurs rencontrés avaient eu cette petite déception dans le sud Lipez, celle de ne pas l'avoir vu vraiment colorée à cause du mauvais temps mais nous non héhé. Il y a un nombre incalculable de flamants roses qui volent, pompent le sol avec leurs pattes tels un chat, discutent... Ils m'avaient manqué, salut vous ! On passe la nuit sommairement dans un refuge sur les bords de la Laguna Colorada sans douche, sans cuisine mais quand même avec des toilettes ;) et un coucher de soleil juste magnifique.


La flamboyante Laguna Colorada

Aujourd'hui, après la formation rocheuse Piedras del Arbol qui ma foi ressemble bien à un arbre, nous enchaînons une succession de lagunes. Peut être aurez-vous du mal à le croire mais on les accueille toutes avec envie ! Des lagunes, des lagunes et encore des lagunes. Toutes ces atmosphères nous font oublier le temps et il est l'heure de gagner la prochaine étape, la ville d'Alota.


La nature, le meilleur des peintres

Oui, mais non. Les choses ne vont pas se passer comme prévues. Un panneau, le premier que nous croisons, nous indique de prendre à droite pour rejoindre cette ville/village alors que le GPS nous dit de prendre à gauche. Oh s'il y a un panneau c'est qu'il faut le suivre... La route est dans un état lamentable et c'est douloureux pour notre Suzuki, des trous, des rochers, des rigoles asséchées rendent la conduite compliquée. En plus, c'est étrange on ne croise aucune voiture, qu'importe le GPS nous a situé et nous serons bientôt arrivés à Alota. Au loin je vois une rivière, elle a l'air assez profonde mais ça devrait aller à gauche je vois de l'herbe. Je m'élance, assez vite, et là...


Comment se planter dans un rio en 4 étapes ?

  1. Assurez-vous que c'est moi, Manon, qui conduis

  2. Trouvez une rivière de 1 mètre de profondeur minimum et remplie de tourbe

  3. Foncez tête baissée sans prendre le temps de mesurer le niveau de l'eau

  4. C'est gagné ! Votre voiture fume, l'eau s'infiltre à l'intérieur, les roues sont prises dans les algues, vous êtes officiellement un winner


Conseils pratiques : Vous risquez d'avoir un tas d'idées stupides comme essayer d'écoper la rivière, faire un barrage, tenter de pousser la voiture en vous embourbant vous même jusqu'à la taille ou encore avoir envie de mourir. N'en faites rien ! Il vous suffit de marcher 15 kilomètres à 4500 mètres d'altitude avec vos gros sacs à dos sous la pluie et la grêle pour aller chercher de l'aide et même si vous avez le coeur lourd d'abandonner votre Fitz c'est là la seule solution. Et comme vous ne doutez pas de la beauté du monde et de celle des hommes, vous trouverez un gentil Bolivien qui vous offrira le gîte, le couvert et vous emmènera à bord de sa tractomobile pour secourir votre petit auto. Merci Adrian pour ton aide, ton sourire, ton air détendu et tes petites histoires sur la Bolivie. Merci à ton chef aussi qui a quand même payé ta journée de 'travail' pour que tu nous sortes de la merde. La voiture n'a rien, nous n'ont plus, juste une simple odeur de vase ambiante et une fatigue non négligeable !


C'est de cette manière que nous ponctuons notre traversée du Sud Lipez pour demain rejoindre la ville d'Uyuni bordant le célèbre et plus grand désert de sel du monde du même nom.

From the Lipez with love.


56 vues

© L'ODYSSÉE DES RENARDS

Geoffrey & Manon

Contactez-nous !

L'Odyssée des Renards Blog de voyage