• Geoof

La Paz, capitale la plus haute du monde et départ pour la route de la mort...

"Quand il pleut, c'est le torrent dans les rues" - "Vous verrez c'est pas super safe" - "Conduire dans La Paz ? Un enfer"... Autant dire qu'on a un peu la flipette d'arriver sur la capitale bolivienne en voiture. Et en plus il pleut. Mais qu'importe, aujourd'hui, accompagnés de nos deux acolytes Emma et Victor, nous débarquons dans la capitale la plus haute du monde ! Et le programme va être chargé : ascension du Huayna Potosi, descente en vélo de la route de la mort, visite des nombreux marchés.


Les pieds dans le vide sur la route de la mort

Pour tout vous dire le voyage ne fut pas de tout repos entre Cochabamba et la Paz. Il y a environ 4 heures de route et quand vous cassez votre amortisseur arrière dès le départ… Ça complique la tâche, bravo Manon ! Le très long voyage est quelque peu secouant, ce qui n'empêche pas nos deux amis de roupiller, bouche grande ouverte.

Hahaha


Enfin arrivés dans la capitale, au premier coup d’oeil elle apparaît magnifique, encastrée dans une vallée entourée de formations géologiques exceptionnelles. Les rues fourmillent de monde on dirait là une termitière 2.o ; pour ce qui est de la conduite on ne nous avait pas menti, ces gens sont totalement fous, ils ne respectent absolument rien. Par exemple, ils prennent les rond-points à l'envers ou grillent les feux de signalisation… Et le plus exaspérant ils passent leur vie la main sur le Klaxon, tuuuu tututu, un enfer phonique. Nous amenons notre Fitz au garage et nous nous faisons surprendre par un orage de grêle aussi violent que soudain. Je n'ai pas souvent eu l'occasion de voir ça, on se réfugie dans un centre commercial - surement le seule de Bolivie ^^. Les plombs sautent, des seaux sont posés ici et là car il y a partout des fuites d’eau qui gouttent du le plafond. Pour la pluie aussi on ne nous avait pas menti, ce sont des torrents qui recouvrent les trottoirs. Mais vous allez voir que ce ne sont que des détails car la Paz est merveilleuse et nous avons tout simplement adoré cette ville.


Nous nous payons le luxe de rentrer à l'auberge en téléphérique, le truc assez fun car oui à la Paz compte une dizaine de lignes téléphériques qui font office de métro et vous permettent de sillonner la ville tout en ayant une vue panoramique ! Ça vaut le détour. Nous rejoignons Victor et Emma que vous connaissez déjà et avec qui le courant passe vraiment bien puis nous allons manger. Victor est malade, une intoxication alimentaire s'est chargée de son cas, c’est plutôt courant en Bolivie. Les filles n'ont pas très faim donc je fais une crise de Salchipapas - rondelles de saucisse sur frites - et en mange pas moins de 4 dans 4 stands différents pour être sûr de tous les connaître. On ne lésine pas sur notre rôle de blogger. Le lendemain nous retrouvons Leslie, Adrien et Alizée puis nous visitons la ville qui recèle de petites ruelles et de multiples marchés colorés. C’est vivant, animé. On traverse le fameux marché aux sorcières qui s'apparente à l'allée des Embrumes dans Harry Potter où il vous faut zigzaguer entre foetus de lama, potions, herbes en tout genre et j'en passe. Et puis... Il faut ensuite vous faire violence pour ne pas dépenser tout votre argent car la Paz c'est the place to be pour faire ses cadeaux !! On y trouve toute sorte d'artisanat : tissus, bois, cuire, bijoux, maillot de foot, casquette, chapeau. Tout est là, en belle manufacture et pour un prix dérisoire. Nous nous lançons donc dans ce dédale sinueux d'échoppes et pas moins de trois jours seront nécessaires pour en faire le tour haha ! Bon on avoue... On a fait beaucoup de cadeaux. Pendant ces journées shopping nous mettons en place de petits rituels : tous les midis nous nous rendons avec nos compères au marché central pour déjeuner. Entre sandwichs avocat tomate oeuf ou des papas rellenas (purée de pomme de terre fourrée de viande et de légumes en sauce) on se régale et ça ne coûte absolument rien !!! Ensuite le must : un jus de fruit en dessert, les meilleurs qu'il m'ait été donné de boire jusqu'à présent. Vous choisissez trois fruits parmi un très grand nombre, une jolie bolivienne super sympa vous les épluche et vous les mixe. Mon favori reste le mangue-fraise-mandarine bien que le maracuya soit aussi très bon. N'est-ce pas Victor ? Manon quant à elle préfère le fraise-pomme-mangue.


La Paz, son marché central, ses téléphériques, ses formations géologiques

Une fois repus nous déambulons dans les marchés - oui encore - en essayant d'aiguiser notre sens du commerce par des négociations acharnées. Ou on fait des tours de téléphérique. Enfin le soir nous nous accordons un bon restaurant, il y en a des super, un petit tour dans un bar et au lit. On retrouve un peu la vie citadine.


Bon c'est pas tout mais et le sport dans tout ça ?? Même si on marche beaucoup et que tout est plus dur à 4000 mètres d'altitude, il faudrait voir à ne pas trop s'empâter non ? Alors qu'y a-t-il à faire dans le coin ? Surprise, c’est un peu le paradis de la randonnée, du vélo et de l'alpinisme, youpi. Sur les conseils de Victor qui est déjà venu et d'un autre couple d'amis Jeanne et Mathieu, nous nous rendons dans une agence du centre ville qui d'après eux serait la meilleure pour l'ascension du Huayna Potosi qui culmine à 6088 mètres. Vous pouvez réaliser ce petit exploit personnel pour 800 bolivianos par personne, soit 100 euros, pour 3 jours. Autant dire que vous ne trouverez pas moins cher pour faire un 6000 mètres. Tant et si bien que Victor succombe à la tentation et signe pour la seconde fois avec Emma, Manon et moi… Mais en premier lieu c'est la route de la mort qui nous attend !!!


65 kilomètres de pure descente

600 mètres de précipices

4700 mètres d’altitude : départ

1100 mètres d’altitude : arrivée


LET'S GOOOOO!


Tristement connue pour avoir été la route la plus dangereuse du monde avec un nombre incalculable de morts, il existe aujourd'hui un nouvel axe. Elle n'est plus empruntée que par quelques tarés ou par des touristes en manque de sensations fortes qui veulent la descendre en VTT… c’est bien nous ;). En vous acquittant de 40€ environ on vous fournira un super vélo, tout l'équipement et le casse-croute. Ok c'est parti. On vous monte au départ de la route à environ 4700 mètres d'altitude et après quelques photos c'est parti pour une descente de 4 heures sur plus de 3500 mètres de dénivelé. La première partie est goudronnée, s’en dégage une sensation excessive de vitesse, vous sentez les roues du vélo qui tremblent, c’est assez dingue ! Un membre de notre groupe tombe et récolte une belle pizza. Surtout faites attention, cela a beau être touristique il y a encore fréquemment des morts, un par an disent les statistiques. Ne présumez pas de vos forces et contrôlez-vous. Serais-je en train de vieillir ??


On voit les différences de poses photo entre les Coréens, les Russes et les Français !

Arrivés à la fin de la route goudronnée on mange un bout sur le pouce et c’est parti pour le vrai chemin de la mort sous la pluie bien sûr sinon ça ne serait pas drôle. De la terre, des cailloux, des ruisseaux, des cascades et surtout un précipice hallucinant sur votre gauche. Mieux vaut ne pas perdre le contrôle mais quelle sensation de dingue ! Oubliez ce que j'ai dit plus haut, je pars à fond faire la course avec le peloton de tête, on passe sous des cascades on frôle le précipice. Un nombre incalculable de croix (paix à leur âme) se plantent sur le coté de la route et nous rappellent humblement de ne pas abuser. Le guide nous rassure il y a eu un mort le mois dernier donc ce mois-ci ça devrait aller. Cool ! Malheureusement le dérailleur de mon vélo se casse et je dois attendre qu'on m'en ramène un autre. Manon attend avec moi et là nous avons failli assister à LA catastrophe !!! Une Coréenne de notre groupe freine de l'avant, dérape et se dirige tout droit vers le précipice ! Elle lâche tout in extremis et s'arrête à quelques centimètres du vide… Putain de merde, désolé pour la vulgarité. Nos coeurs se sont arrêtés un instant. Méga frayeur ! Nous finissons la descente sans incident et en plus avec le soleil, une petite fille trop choupie nous accueille avec son singe à la fin de la route. La végétation a totalement changé et pour cause nous sommes qu'à 1500 mètres d'altitude en pleine jungle tropicale avec de grandes plantes luxuriantes et colorées et de multiples oiseaux qui nous accompagnent de leur piaulements. Rendez-vous dans un hôtel avec piscine et buffet à volonté bien mérité, on s'en donne à coeur joie.


Soppy Riders Forever

Puis nous rentrons à la Paz, des souvenirs pleins la tête, les avant-bras broyés et le cul en compote.


From La Paz with love.


69 vues

© L'ODYSSÉE DES RENARDS

Geoffrey & Manon

Contactez-nous !

L'Odyssée des Renards Blog de voyage