top of page

L'Islande, terre de glace

Dernière mise à jour : 20 nov. 2022

— Fjallsárlón, Jökulsárlón, Diamond Beach



L'Islande, Ísland en Islandais, signifie littéralement "pays de glace". Aussi, il nous paraissait évident que vous allions voir aux quatre coins du pays des paysages marqués de sa belle empreinte blanche. Et on s'est aperçu qu'en fait, pas du tout ! Non, ce sont plutôt des paysages riches en couleurs, et surtout verts, qui nous ont accompagnés tout au long de ce voyage. N'auraient-ils pas malencontreusement inversé le nom des pays Greenland et Iceland ? 🤔 On se le demande.


Bref, nous sommes en été et disons que c'est normal que la glace fonde. Nous avons tout de même déjà vu son oeuvre et foulé son joli parterre blanc, dur et froid pendant l'incroyable trek de Laugavegur, ce qui nous avait mis en joie. Et c'est aujourd'hui que nous allons la retrouver, en continuant notre route vers l'est, pour un tour de l'île dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, dans les célèbres sites de Fjallsárlón et de Jökulsárlón.



Allons vite la retrouver. Premier stop à... Fjallsárlón !!



Arrivée sur Fjallsárlón

Fjallsárlón est, tout comme Jökulsárlón, une des langues glacières issues de Vatnajökull, le colossal glacier - de la taille de la Corse - qui recouvre une partie du sud de l'Islande. Il est certes moins grand et moins connu que son grand frère Jökulsárlón et pour autant, c'est un incontournable pour nous.


Ici, le calme règne au milieu des centaines d'Icebergs qui défilent à la queuleuleu dans ce magnifique lagon. Les reflets sont magnifiques, le bleu des icebergs est transperçant, le son de la glace qui craque fait frissonner. Les bouts de glace se détachent de Vatnajökull pour terminer dans la mer. Des deux lagons que nous avons faits, vous allez voir, c'est bien celui-ci notre préféré, surtout pour sa tranquillité et l'atmosphère un peu mystique qui s'en dégageaient.


Calme et sérénité à Fjallsárlón


On se remet en route direction Jökulsárlón et le mauvais temps ne nous quitte pas aujourd'hui. Il fait tout gris souris et les averses sont fréquentes, c'est aussi ça l'Islande. On choisit de s'arrêter en premier lieu à Diamond Beach pour se garder l'heure du pique nique au bord de Jökulsárlón. Les deux sites sont collés et on peut se rendre facilement de l'un à l'autre à pied.


La plage aux diamants porte bien son nom avec ses nombreux icebergs plus ou moins gros qui viennent s'échouer ici pour scintiller de toute beauté. Et même par mauvais temps, observer l'écume des vagues qui serpentent entre la glace avec les otaries qui s'amusent là au milieu comme de petits enfants est tout simplement magnifique... On reste un long moment ici. Le lieu est calme et apporte une certaine sérénité même s'il y a du monde. C'est assez grand pour s'éloigner des gens qui s'amassent à la vue du premier iceberg. On ne comprendra jamais ce phénomène mais on en profite haha. Le seul petit regret pour nous est qu'on aurait bien voulu assister à un coucher de soleil ici, le spectacle doit être grandiose.


Shine bright like a Diamond 🎶


On remonte tranquillement le chenal pour atteindre Jökulsárlón, le graal de la journée. Effectivement il est beaucoup plus grand que le précédent lagon, avec des icebergs géants et une vie animale bien fournie. Les otaries et les oiseaux sont en nombre, le panorama est sublime et il est possible de se balader tout autour pour arriver jusqu'au pied du glacier Vatnajökull. Mais - et c'est un gros mais pour nous - le bruit et la cohue qui y règnent viennent franchement gâcher le moment. De gros bateaux super bruyants, super polluants et super chargés font des aller-retour in-ces-sants... Et c'est sans compter les petits zodiaques qui les accompagnent. Nous qui voulions faire une excursion en canoë, on a vite déchanté et changé d'avis.


On avait placé beaucoup d'attente dans cet endroit et du coup... C'est un peu la plus grosse déception du voyage. On ne comprend pas que le gouvernement islandais ne mette rien en place pour protéger ce lieu si exceptionnel de ce genre de nuisances liées au tourisme de masse. Cependant, notre expérience est à nuancer, nous y étions au mois d'août, en pleine saison haute, et en milieu de journée... Privilégiez peut-être une visite matinale ou en fin de journée. Bref, on décide quand même de marcher le long de la lagune pour s'éloigner de cette vision et apprécier notre petit pique nique. Mais il n'ya rien à faire, les va-et-vient sont incessants et le bruit des moteurs juste horrible semble courir sur toute la lagune.


Le paysage n'en reste pas moins magnifique

On essaie quand même de faire abstraction et de profiter de ce magnifique endroit... Car le panorama n'en reste pas moins magnifique ! Mais on n'y arrive pas vraiment donc on écourte notre séjour et comme il ne fait pas très beau on décide de rouler directement jusqu'au fjord de l'est. Apparemment la route est magnifique et il y a de superbes reflets. Pour nous ce sera brouillard et pluie. On a quand même la chance de tomber sur une énorme colonie de cygnes chanteurs - qui chantent très très mal, ce qui nous fait beaucoup rire haha - dans les fjords... Nous n'en n'avions jamais vu autant, ils sont beaux et si gracieux.


Puis on arrive sur le lieu de notre deuxième camping, toujours un camping agréé de la camping card (lire Voyager en Islande, les petites choses à savoir). Il est perdu dans un minuscule village en bord de Fjord, il n'a que quatre emplacements mais bon, comme il n'y a personne, aucun problème. La vue est juste dingue et il y a des douches ! Hallelujiah, on lance un risotto de courgettes au réchaud - les meilleurs - et on part vite rejoindre Morphée.


Quoiqu'on ait pu ressentir à Jökulsárlón, la rencontre avec les icebergs a été géniale et marquante. Elle nous a carrément donné des envies d'Antarctique ou de grand nord. Affaire à suivre.


From Ice-land with love.



64 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page