• Manon

Mobydick à la Péninsule de Valdès

Mis à jour : sept. 13

On a vu une baleine blanche !


On the Road Again les amis. On aime. Après ces quelques jours dans la capitale, nous voici en route pour la ville de Monte Hermoso - de sol a sol : du soleil au soleil. Stop préconisé par Norma et Guillermo pour couper notre long voyage vers la Péninsule de Valdès, nous y passons seulement une nuit. Mais quel arrêt ! Il est possible d'assister au lever et au coucher du soleil sur la même et unique plage qui longe cette petite ville de Monte Hermoso, c'est pas dingue ça ? Nous sommes à moitié chanceux car nous assistons à un coucher de soleil vraiment espectacular, le ciel est en feu, c'est un spectacle incroyable pour les yeux, toutes ces couleurs donnent le tournis, on ne sait plus où regarder - voici pour le côté chanceux - mais le lendemain nous nous levons avec la pluie. La roulotte de la météo a parlé.


Coucher de soleil incroyable à Monte Hermoso. Non non il n'y a pas de filtre, the sky is on fire.

Et puis hop, après une bonne nuit de sommeil on est de nouveau sur la route, les deux renardes qui nous ont rejoint prennent en main Fitz. Encore 7h et nous y serons. Où ? À la Péninsule de Valdès. C'est quoi ? Un paradis pour la faune marine.


Marine en haut et Isabelle en bas, les deux jolies renardes qui partagent trois semaines d'aventure avec nous.

Nous y sommes et nous partons en mer à la rencontre d'animaux qui me fascinent, les baleines. Ici ce sont les baleines franches qui ont le monopole. Elles y font un stop chaque année pour élever leur petit, leur apprenant les bases de la vie comme sauter hors de l'eau - spectacle fabuleux - et profitant de la tranquillité ambiante pour les allaiter. Et oui 100L de lait par jour, ça tire sur les mamelles... Et il se trouve que nous sommes en octobre, à LA bonne période pour assister à l’éducation des nouveaux nés. Maman et bébé se déplacent par deux, inséparables. Ils vont rester 4 mois ensemble avant de couper le cordon. Nous nous approchons de ce magnifique duo...


Le saviez-vous ?

Les baleineaux peuvent naître blancs et changer de couleurs en grandissant. À ne pas confondre avec l'incroyable 1% de baleines blanches qui parcourent les océans, étrangeté de la nature dû à une anomalie génétique, à une dépigmentation de la peau.

Baleineau en mouvance, pshiiiit !

Admirer ce 'petit' se déplacer est un moment incroyable. Son corps blanc décolore l’eau bleue marine et captive notre regard, on suit cette ombre bleu caraïbe qui s'approche, curieuse, du bateau. Nous le nommons Mobydick. Les ouah s’enchaînent aux oh et s’entremêlent aux que lindo de tous côtés. Tout le monde est fasciné devant la taille et l’élégance de ces géants. Maman pointe le bout de ses faons à 1m de nous, je vois son oeil qui nous observe. Connexion. Amour rechargé à 100%, vous pouvez débrancher l’humain... Moment qu'aucun mot ne peut qualifier.


Dans l'oeil de la baleine... Je me vois...

Nous rencontrons nombre de ces mammifères pendant cette sortie en mer. En même temps les côtes de la péninsule accueillent en ce moment même pas moins de 1100 individus... Le soleil qui nous avait quitté depuis un petit moment nous fait l'honneur de sa présence, on se sent tellement bien, serein. Nous attendons de voir une queue, le must de la rencontre avec une baleine. La queue est une sorte de pièce d'identité alors vous comprenez bien que j'ai envie de savoir à qui j'ai à faire. La coquine se joue de nous, un coup la partie gauche, un coup la partie droite... Et puis ouiiiiii, magnifique. Enchantée jolie queue de baleine maman de Mobydick.



La Peninsula de Valdès est une vraie pouponnière, après les baleineaux, nous rencontrons les éléphanteaux de mer. Ils sont si mignons à téter leur maman. Dire que les mâles vont devenir ces gros trucs rampants me désole... On dirait des limaces. Dans cette espèce polygame qui vit en harem, les femelles sont chasse gardée du mâle dominant. Alors quand un plus jeune tente de pécho... Je vous laisse imaginer les scènes cocasses de poursuite entre deux limaces. Épique. Comme on dit, on trouve de tout dans la nature.


Baillement à babord, on voit le fond de ta culotte madame.

La péninsule de Valdès est aussi connue pour abriter à l'année une famille d'orques... Ceux qui me connaissent savent ce que représenterait pour moi cette rencontre. Malheureusement, et c'est pour cela que je les aime tant, ils sont imprévisibles, mènent leur vie comme ils l'entendent et ne reproduisent pas de schémas systématiques. Après des heures d'attente dans le froid à espérer voir le maître des océans surgir sur la plage pour se saisir d'un bébé éléphant de mer - horrible vous me direz mais il faut bien se nourrir - nous nous résignons et quittons ce lieu non sans une once de déception. Tant pis. Je devrais donc patienter encore pour, peut être un jour, avoir la chance de dire 'enchantée' en langue d'orque à un membre de leur espèce.


Après quelques jours à sillonner cet endroit incroyable de vie - tatous, guanacos et nandous, entre tous les autres - nous descendons un peu plus bas, à Punta Tombo pour rencontrer... Des pingouins ce coup-ci ! La plus grande colonie d'Amérique du sud y vit à l'année, on se prépare aux piaillements.


Les pingouins de Punta Tombo

Et voilà, ces quatre jours à la rencontre d'animaux marins nous ont comblé de bonheur. Et c'est pas fini ! Une très belle aventure nous attend d'ici quelques jours... Pas n'importe laquelle... Nous allons découvrir le spectaculaire et célèbre glacier Perito Moreno et peut être assister à la chute d'un de ses énormes morceaux de glace dans le lac qui le borde... On a hâte.



From la Peninsula de Valdes with love


© L'ODYSSÉE DES RENARDS

Geoffrey & Manon

Contactez-nous !

L'Odyssée des Renards Blog de voyage