Le Perito Moreno, la région des glaciers où les nuages côtoient les eaux

Mis à jour : 9 déc. 2018

Nous avons quitté la côte Atlantique où notre pokedex s'est bien rempli. Toujours accompagnés de nos deux renardes itinérantes nous décidons d’aller vérifier par nous-même si le glacier Perito Moreno porte bien son nom de « plus beau glacier du monde ». Forcés de constater qu'il n’y a aucune usurpation, nous restons sur le c** face à ce géant de glace.


On valide, le glacier Perito Moreno est carrément beau

Mais c'est qui Perito Moreno ? Petite leçon d’histoire

Perito Moreno, l'expert Moreno - le moustachu à gauche - était un célèbre explorateur argentin qui oeuvra beaucoup dans la découverte des lacs, monts et autres glaciers de la Patagonie, puis dans leur conservation en territoire argentin au moment de la délimitation de la frontière avec le Chili. Outre le glacier, une ville, un parc et de nombreuses rues portent son nom. Sous couture il avait tout d'un homme fort étonnant mais mais... Ombre au tableau, on apprit malheureusement plus tard qu’il retenait prisonnier dans son sous-sol des natifs pour son étude personnelle. Ha l'éthique et la science... Toute une histoire. Trop tard, impossible de débaptiser un tel lieu !



Parc national Bosques Petrificados de Jaramillo

Sur la route pour nous rendre au fameux glacier nous faisons une halte au Parc national Bosques Petrificados de Jaramillo. Cette forêt d’arbres fossilisés unique car non altérée par l’homme est classée monument naturel. Sacré phénomène encore une fois, c'est presque de la magie. Abracadabra que ce bois se transforme en pierre. Je vous explique un peu le processus car nous savons tous que la magie ça n'existe pas ?


Des arbres fossilisés, tiens donc, ça existe ça ?

Il y a environ 150 millions d'années, en période Jurassique, là où se trouve actuellement ce parc patagonien si désertique se trouvaient d'immenses forêts tropicales, denses, composées d'arbres de taille gigantesque. Les éruptions volcaniques accompagnées de vents violents chargés en cendre qui ont caractérisées le début du Crétacé puis le soulèvement de la Cordillère des Andes ont complètement modifié le territoire qui s'est retrouvé sans dessus-dessous, recouvert de cendres et de lave. Résultat, les grands arbres de ces forêts ont été soufflés dans la même direction et totalement ensevelis. Pouf, disparus. Plus tard, la pluie chargée de sels de silicium provenant des cendres a pénétré les sols et est entrée dans les tissus végétaux des troncs enterrés pour les transformer au fil du temps en matières minérales non-organiques. La roche a remplacé le bois. Tout ce petit monde travaillait sous terre, à l'abri des regards. Ce n'est que bien plus tard grâce à la force des vents de la Patagonie que nous connaissons bien maintenant - ... - que petit à petit ces oeuvres naturelles ont été révélées au monde.


Le petit cours de géologie est fini. Allez, on repart sur la route !

Traversée de l'Argentine d’Est en Ouest. La musique à fond, le petit gang de renards que nous formons se sent vraiment bien. Road trip way of life.

Alors le glacier Perito Moreno, on en parle ? Endroit hypnotisant où l'eau solide rencontre l’eau liquide, où la palette des bleus atteint son paroxysme et où les craquements de la glace transpercent votre être de chair et d'os.


Bienvenue au glacier Perito Moreno

Fier de ses 70 mètres de hauteur et de ses plusieurs milliers de mètres de largeur, il commence sa vie encastré entre deux montagnes pour finir dans les eaux limpides du lac Argentino qui le borde… Le paysage est digne d'une carte postale. C’est vraiment très beau. Le bleu change de teinte en fonction de l'intensité du soleil. Au fur et à mesure que l'on avance, c'est toujours une nouvelle facette du glacier qui s'offre à nous. L'endroit vous plonge dans une sorte torpeur soporifique. Seul le craquement sourd d’un bloc de glace qui se détache semblable au déchaînement du tonnerre peut vous en sortir… Quel spectacle ! On pourrait rester des heures à le contempler. Rectification, on est resté des heures à le contempler. Au delà du bruit, voir une masse énorme de glace chuter dans l’eau provoquant une sacrée éclaboussure suivie d’un mini tsunami est totalement espectacular. Puis le silence et le calme reviennent et le bloc de glace refait lentement surface. Le lac compte un nouvel iceberg. Vous replongez dans un calme intérieur, profitant du soleil qui réchauffe vos joues glacées par l'atmosphère. Contrairement à ce qu'on pourrait croire ce glacier n'est pas en recul, il modère sa taille voyez-vous. La neige des hauteurs s'accumule dans le corridor formé par les deux montagnes et se transforme en glace pour former ce glacier qui grandit de jour en jour jusqu'à atteindre la rive du lac Argentino, le séparant en deux. À partir de ce moment là, l'eau ne cesse de s'infiltrer et d'exercer une pression sur la glace, provoquant tous les jours des petits éboulements et puis un jour l'effondrement total de son pan. Impossible de dire quand cela va se produire mais depuis 2004 on y assiste tous les deux à quatre ans alors que cela ne s'était pas produit au cours des 16 années précédentes.


Du bleu, du bleu et du bleu

On ne veut plus partir. Et pourtant. De retour à El Calafate, la ville la plus proche qui est au passage assez charmante, nous récupérons au camping nos affaires propres étendues au soleil, mettons le plein d'essence et repartons. Pour Puerto Natales, au Chili. En vue, le légendaire trek de Torres del Paine...




From el glaciar Perito Moreno with love.


87 vues

© L'ODYSSÉE DES RENARDS

Geoffrey & Manon

Contactez-nous !

L'Odyssée des Renards Blog de voyage